Trudelia cristata

SHARE
,
Trudelia cristata (c) Michel Giraud

HISTORIQUE ET ORIGINE DU NOM

Cette orchidée a été découverte en 1818 par le botaniste Nathaniel Wallich. Des spécimens furent envoyés en Grande-Bretagne, aux jardins botaniques de Kew. En 1833, Lindley en fit une description dans « The Genera and species of Orchidaceous Plants » sous l’appellation de Vanda cristata. En 1988, Senghas transféra cette orchidée dans le genre Trudelia. C’est Garay qui a établi le genre Trudelia, le séparant du genre Vanda à cause de la différence des fleurs qui poussent sur un court racème portant peu de fleurs (ce qui n’est pas le cas chez les vandas). Le genre Trudelia comprend maintenant six espèces. Cependant, il n’est pas accepté par tous et certains botanistes continuent à conserver Vanda. Pour ma part je garde le nom de Trudelia, nom avec lequel j’ai connu cette orchidée et, me semble-t-il, le plus utilisé à l’heure actuelle. Le terme latin cristatus signifie crêtes et fait référence au labelle marqué de rayures.

PLACE DANS LA CLASSIFICATION ET SYNONYMES

Trudelia cristata appartient à la sous-famille des Epidendroideae, à la tribu des Vandeae et à la sous-tribu des Aeridiinae. Synonymes : Vanda cristata Section cristatae Lindl. ; Vanda striata Rchb. f. ; Aerides cristatum Lindl. ; Luisia striata Rchb. f. Kraenzl. ; Trudelia cristata (Lindl.) Senghas,

RÉPARTITION ET HABITAT

Trudelia cristata est originaire de l’Himalaya : Népal (où elle a été découverte par Wallich), Bouthan, sud du Tibet, au Bengladesh ainsi que dans les états Indiens de l’Uttar Pradesh et de l’Arunachal Pradesh, elle est signalée également au Sikkim ainsi qu’à l’ouest du Bengale. Elle pousse à des altitudes variables situées entre 1 000 et 2 000 m d’altitude. C’est une plante épiphyte de forêts qui vit sur des arbres à feuillage caduc où elle s’installe sur les branches et les troncs moussus. Il lui arrive d’être lithophyte. Elle est souvent installée en pleine lumière. Le climat de ces régions est subtropical à tempéré avec des valeurs d’environ 20 à 25 °C. le jour et 10 °C. la nuit. L’hygrométrie est très importante, entre 80 et 100 %. Dans ces régions les brouillards sont fréquents et très épais. L’été est marqué par de fortes pluies. L’hiver est plus froid mais les précipitations beaucoup moins abondantes.

DESCRIPTION

C’est un petit épiphyte qui mesure entre 20 à 40 cm de hauteur. Les feuilles mesurent entre 15 et 20 cm de long. Elles sont très coriaces et poussent serrées les unes au-dessus des autres. Elles sont épaisses, pliées longitudinalement et se terminent à l’apex par deux ou trois dents. Des racines aériennes apparaissent le long de la tige, elles sont de taille moyenne (moins longues et moins grosses que celles des vandas). Les fleurs ont un pédoncule floral très court et les inflorescences portent de une à cinq fleurs qui mesurent 5 cm de diamètre. Les pétales et les sépales sont de couleur verte puis jaunissent avec le temps. Le labelle est blanc marqué de rayures longitudinales de couleur foncée (presque noire), mais qui s’éclaircissent progressivement pour devenir rouge violacé en fin de floraison. Le labelle se termine par trois lobes. Le lobe médian est plus allongé que les autres et les lobes latéraux se terminent en forme de cornes divergentes. La colonne est courte. Si les fleurs, qui apparaissent au printemps, ne sont que légèrement parfumées, elles ont l’avantage de durer longtemps, jusqu’à deux mois. Elles sont très décoratives et dans de bonnes conditions de culture la floraison est très généreuse.

CULTURE

Trudelia cristata demande des conditions de culture fraîches et beaucoup de lumière pour fleurir abondamment. L’été, il faut éviter les grosses chaleurs en essayant de maintenir cette plante sous 30°C, en sortant la plante dans le jardin dans un endroit ombré. Les températures plus basses de la nuit seront appréciées. En hiver des valeurs avoisinant les 10°C sont indispensables, avec le plus de lumière possible. Les arrosages seront abondants en été, puis réduits en hiver et une hygrométrie plus basse, de l’ordre de 50% sera suffisante. Cette orchidée peut se cultiver en pot ou en panier afin de bien aérer ses racines. Pour ma part je la cultive dans un pot en terre posé sur le sol de ma serre, ce qui me donne la possibilité d’avoir de basses températures hivernales et en été de pouvoir bassiner quotidiennement de manière à abaisser la température au niveau des racines. L’engrais doit être distribué régulièrement tout au long de l’année. J’utilise un compost d’écorces de pin auquel j’ajoute un tiers de billes d’argile et du charbon de bois.

OBSERVATIONS

T. cristata est une orchidée très spectaculaire qui peut tenter beaucoup d’amateurs. Pour réussir sa culture il faut impérativement lui fournir les conditions fraîches et lumineuses qu’elle demande. Dans ce cas c’est une orchidée sans problème très aisée à cultiver.

 

Fiche et photographie de Michel GIRAUD

La Revue l’Orchidophile

NOUVEAUTÉ

L’ORCHIDOPHILE
N° 208

Découvrez la revue de l'association, pour en savoir plus chaque trimestre sur vos plantes préférées, les orchidées. Extraits gratuits disponibles.


Qui sommes-nous

Fondée en 1969, la Société Française d'Orchidophilie est riche d'environ 1500 membres, elle rassemble des amateurs et des spécialistes et jouit d'une audience internationale, principalement francophone.
Devenez membre !

ORCHISAUVAGE

La référence collaborative des observations d'orchidées de France

www.orchisauvage.fr

PASSWORD RESET

LOG IN