Multiplier les orchidées

SHARE
,

La culture in vitro
La méthode de multiplication par bouturage in vitro a été mise au point par le Professeur Morel. Michel Vacherot a été le premier à l'appliquer dans les années 1960.
Il s'agit d'étaler quelques graines ou méristème sur une substance nutritive dans un flacon stérilisé. Ainsi à l'abri de toute bactérie, et nourries des vitamines, sucres et hormones contenus dans la substance, les graines germent sans difficulté pour donner très vite des protocormes, puis des plantules.
Cette méthode a permis non seulement la multiplication en très grand nombre des plantes et de réduire leur prix sur le marché de l'orchidée, mais aussi de sauvegarder certaines espèces en voie de disparition.
Il faut compter deux à trois ans pour voir fleurir une plante issue de bouturage in vitro, alors que sept à dix ans pour les plantes de semis.

La multiplication par méristème
Il s'agit de prélever un fragment minuscule de plante capable de régénérer une nouvelle plante. Dans un milieu de culture approprié (in vitro) le méristème grossit et donne une petite boule verte appelé protocorme lequel donnera la plantule.

Le prélèvement des keikis
Les keikis sont les plantules qui peuvent pousser sur la plante-mère. Il suffit de les séparer de la plante-mère dès qu'ils sont pourvus de racines et de les replanter.

Le repiquage des arrière-bulbes
Il s'agit de séparer de la plante un pseudobulbe qui n'a plus de feuille, de le "dénuder" de sa pellicule sèche et de le repiquer dans du compost. Une pousse ne tardera pas à apparaître à la base du pseudobulbe.

La division pour les plantes sympodiales
Les plantes sympodiales ont une croissance horizontale, donc en largeur. La division consiste alors à fractionner les plantes volumineuses. Les fragments doivent avoir deux ou trois anciens pseudobulbes et au moins une nouvelle pousse et sont rempotés séparément.

La division pour les plantes monopodiales
Les plantes monopodiales ont une croissance verticale, donc en hauteur. Beaucoup d'entre elles émettent des racines aériennes le long de leur tige. La division consiste alors ici à couper la tige juste en-dessous d'une racine et de rempoter séparément cette portion de tige.

La multiplication par bouture
Peu d'orchidées peuvent être bouturées, mais cette technique est possible sur quelques espèces, notamment sur certains Epidendrum, Dendrobium et Vanilla.

 

La Revue l’Orchidophile

NOUVEAUTÉ

L’ORCHIDOPHILE
N° 208

Découvrez la revue de l'association, pour en savoir plus chaque trimestre sur vos plantes préférées, les orchidées. Extraits gratuits disponibles.


Qui sommes-nous

Fondée en 1969, la Société Française d'Orchidophilie est riche d'environ 1500 membres, elle rassemble des amateurs et des spécialistes et jouit d'une audience internationale, principalement francophone.
Devenez membre !

ORCHISAUVAGE

La référence collaborative des observations d'orchidées de France

www.orchisauvage.fr

PASSWORD RESET

LOG IN